Anatomie de surface de la tête


Régions de la tête

Afin de permettre de localiser clairement les structures, les lésions ou les processus pathologiques, la tête est divisée en régions. Le grand nombre de régions (huit) qui subdivisent un territoire relativement petit comme la face reflète à la fois sa complexité fonctionnelle et son importance à titre personnel, comme l'indiquent d'ailleurs également les dépenses annuelles consacrées à la chirurgie esthétique non justifiée par des raisons médicales. A l'exception de la région auriculaire, qui comprend l'oreille externe, le nom des régions de la partie neurocrânienne de la tête correspond aux os ou aux structures osseuses sous-jacentes : ce sont les régions frontale, pariétales, occipitale, temporales et mastoïdiennes. La partie de la tête appartenant au viscérocrâne comprend la région faciale, ellemême divisée en cinq régions bilatérales et trois régions médianes en rapport avec les particularités superficielles (régions orale et jugales), avec des tissus mous plus profonds (régions parotidiennes) ou avec des caractéristiques squelettiques (régions orbitaires, infra-orbitaires, nasale, zygomatiques et mentonnière). La suite de ce chapitre sera consacrée à la description détaillée de certaines de ces régions ainsi que de quelques régions profondes non apparentes en surface (par exemple, la région infratemporale et la fosse ptérygo-palatine). L'anatomie de surface de ces régions sera incluse dans leur description.

Anatomie de surface de la face

En dépit des variations apparemment infinies qui permettent d'identifier les gens en tant qu'individus, les caractéristiques de la face humaine sont constantes. Les sourcils (L. supercilia) sont des surfaces pileuses linéaires qui surmontent les bords orbitaires supérieurs. La zone glabre interposée entre les sourcils recouvre la glabelle et les crêtes saillantes qui s'étendent latéralement de chaque côté au-dessus des sourcils sont les arcades sourcilières. Les paupières (L. palpebrae) sont des replis musculo-fibreux mobiles qui recouvrent le globe oculaire. Elles s'unissent à chaque extrémité de la fente palpébrale au niveau des angles (L. canthi) médial et latéral de l'œil. L'épicanthus est un repli cutané qui couvre l'angle médial de l'œil chez certaines personnes, surtout chez les asiatiques. Les dépressions situées au-dessus et en dessous des paupières sont les sillons respectivement suprapalpébral et infrapalpébral.

Le nez (pyramide nasale) présente un apex (pointe) saillant et entre en continuité avec le front au niveau de la racine du nez. Le bord antérieur arrondi qui s'étend de la racine à l'apex du nez est le dos du nez. Chaque cavité nasale s'ouvre antérieurement sous l'apex du nez par la narine (L. naris) ; chaque narine est limitée médialement par le septum nasal et latéralement par l'aile du nez.

Les lèvres entourent l'ouverture de la bouche, la fente orale. La face externe des lèvres présente un pourtour vermeil, le limbe cutané de la bouche, dont la limite abrupte marque le début de la zone transitionnelle entre la peau et la muqueuse de la lèvre. La peau qui revêt cette zone transitionnelle est glabre et mince, ce qui augmente sa sensibilité et modifie sa coloration (liée aux lits capillaires sous-jacents) par rapport à la peau adjacente de la face. Les deux lèvres s'unissent latéralement au niveau des commissures labiales ; au côté médial de la commissure, l'angle entre les lèvres correspond à l'angle de la bouche, qui s'accroît lorsque l'on ouvre la bouche et diminue lorsque la bouche se ferme. La partie médiane de la lèvre supérieure forme un tubercule surmonté par un sillon peu profond, le philtrum (L. charme amoureux), qui s'étend jusqu'au septum nasal.

Les plis musculo-fibreux des lèvres se prolongent latéralement pour former les joues, qui contiennent de chaque côté le muscle buccinateur et le corps adipeux de la joue (boule graisseuse de Bichat). La joue est séparée des lèvres par le sillon naso-labial qui s'étend obliquement de l'aile du nez à l'angle de la bouche. Ces sillons s'observent le plus facilement lors du sourire. La lèvre inférieure est séparée de la protubérance mentonnière (menton) par le sillon mento-labial. Les lèvres, les joues et le menton de l'homme adulte portent les poils de la barbe, un caractère sexuel secondaire.